mal de dos

Mal de dos

Les douleurs au dos sont très fréquentes: On estime que jusqu’à 80% des gens ont un mal de dos significatif au moins une fois dans leur vie. Les causes sont multiples et incluent les blessures traumatiques, les blessures d’usure, les maladies inflammatoires, l’inactivité physique, et d’autres.

Il faut savoir que le dos se décompose en cinq régions : le rachis cervical, le rachis thoracique, le rachis lombaire, le sacrum et le coccyx.

  • le rachis cervical, au niveau du cou
  • le rachis thoracique, à la hauteur de la poitrine
  • le rachis lombaire, au niveau du bas du dos
  • le sacrum, au niveau du pelvis
  • puis le coccyx

On appelle donc “lombalgie” une douleur située au bas du dos. Notons que le terme lombalgie ne constitue pas un diagnostic et qu’il n’explique pas l’origine (la cause) de la douleur; c’est seulement une indication du symptôme (douleur) et de sa localisation (bas du dos).

C’est lors de votre consultation médicale puis en physiothérapie qu’un diagnostic pourra être posé, qui tienne compte des multiples causes possibles de douleur au dos, dont:

  • l’entorse (ligamentaire)
  • La déchirure musculaire (claquage)
  • L’arthrose (dégénérescence articulaire)
  • La hernie discale (déchirure de l’anneau fibreux d’un disque, laissant sortir une partie de son contenu)
  • La sténose foraminale (rétrécissement là où passent les nerfs rachidiens)
  • Le spondylolisthésis (glissement vers l’avant d’une vertèbre par rapport à celle du dessous)
  • La sténose spinale (diminution de l’espace où est située la moëlle épinière)

Le physiothérapeute pourra ensuite utiliser une variété de modalités d’intervention dont la thérapie manuelle, la chaleur, la cryothérapie (glace), l’électrothérapie, le biofeedback par ultrasonographie, et la prescription d’exercices thérapeutiques. Son intervention vise à mettre en place les conditions favorables au processus de guérison naturel du corps, à diminuer la douleur et à ramener à la normale le fonctionnement de votre corps. Pour chacune de ces étapes, le physiothérapeute vous enseigne aussi des stratégies que vous pourrez vous-même utiliser pour y contribuer.

Le physiothérapeute travaille de concert avec votre médecin, de même qu’avec d’autres professionnels de la santé pour votre rétablissement. Par exemple, si vous vivez des difficultés avec vos activités domestiques/de la vie quotidienne ou vos soins personnels, ou encore quand à la reprise de certaines tâches de travail, une ergothérapeute pourrait vous aider par l’utilisation d’aides techniques.

Advenant que vous ayez subi une blessure (ex: fracture vertébrale, hernie discale, etc.) nécessitant une période plus longue de guérison/récupération (et donc d’arrêt de vos activités ou de votre travail), des traitements en kinésiologie permettront de contrer les effets de cette période d’inactivité; de regagner vos capacités physiques (force, endurance, puissance, amplitude de mouvement, vitesse, filières énergétiques, proprioception, équilibre, contrôle neuromoteur) et de diminuer la douleur.

En cas de douleurs persistantes/récurrentes (plus de 3 mois), ces interventions constituent la forme de thérapie physique la plus éprouvée scientifiquement.

Des traitements en kinésiologie sont également très utiles si vous occupez un emploi physiquement exigeant ou pratiquez des sports auxquels il faudra vous préparer pour que vous puissiez les reprendre de façon sécuritaire et avec moins de risque de rechute.

 

headache

Maux de tête

Le mal de tête, également appelé céphalée, est habituellement bénin et réagit assez bien à la prise d’analgésiques ou d’anti-inflammatoires. Cependant, certains persistent et deviennent chroniques. Dans ce cas, une consultation avec un professionnel de la santé est fortement recommandée. Les physiothérapeutes peuvent faire appel à de multiples modalités dont les manipulations, les étirements, les massages, la correction posturale, les exercices (notamment pour la région cervicale) et l’application de chaleur ou de  glace, pour traiter vos maux de tête.

Notre kinésiologue peut également vous aider au moyen d’exercices spécifiques pour stabiliser la région cervicale et améliorer votre posture, de même qu’en exploitant les effets anti-stress, analgésique et anti-inflammatoire naturels de l’activité physique générale, qui sera bien dosée en fonction de votre état.

En apprendre davantage sur les maux de tête:

Il existe plusieurs types de maux de tête. Parmi ceux-ci, le plus courant est la céphalée de tension, laquelle est décrite comme une sensation de pression sur le crâne. Elle peut être déclenchée par le stress psychologique et ses manifestations physiques, notamment des tensions musculaires au niveau du visage et de la nuque. Il peut aussi y avoir une influence de la posture. Ce type de mal de tête n’est pas accompagné de nausées, mais les personnes qui en souffrent peuvent être irritées par le bruit ou la lumière intense.

Notons que certaines personnes souffrant de maux de têtes chroniques très intenses peuvent présenter des caractéristiques relevant à la fois des céphalées de tension et des migraines, un syndrome douloureux neuro-vasculaire inflammatoire. Dans le cas des migraines, le mal de tête est souvent décrit comme pulsant, d’un côté de la tête, et est accompagné de nausées en plus de sensibilité au son et à la lumière. Elles peuvent être déclenchées par le jeûne, la déshydratation, le manque de sommeil, le stress, une douleur au cou ou un trauma à la tête, certains aliments (le chocolat, certains fromages, les charcuteries contenant du nitrate (un agent de conservation), les sucres) et est entre autres influencée par les hormones, la médication et les habitudes de consommation (caféine, alcool).

Un troisième type de mal de tête courant est nommé cervicogénique, parce qu’il prend son origine d’un dysfonctionnement ou d’une lésion située dans la région cervicale (le cou). Il est donc caractérisé entres autres par une douleur au cou qui est suivie d’une douleur à la tête, les deux en simultané, ou parfois dans l’ordre inverse, mais il y a association. On note les influences d’ordre mécanique (mouvements, posture) sur les tissus lésés ou les nerfs sensibilisés, et l’influence du stress et des tensions musculaires également.

Quatre conseils pour adopter une bonne position au bureau

Mal au cou, au dos, aux yeux à force de rester toute la journée assis derrière un bureau? Les conseils d’un expert en prévention des risques liés au travail sur écran pour limiter ces douleurs propres aux sédentaires.